Ce qu’il faut prendre en compte avant de devenir auto entrepreneur

auto entrepreneur

L’auto-entreprise est ouverte à tous les actifs français. Lorsqu’il a été créé en 2009, ce statut visait à améliorer la fluidité du marché du travail et à lui faire gagner en souplesse. Devenir auto entrepreneur est désormais plein d’opportunités, encore faut-il savoir comment les saisir et connaître les réglementations en vigueur pour ne pas commettre d’impair. On vous en dit plus dans cet article !

Quelles sont les démarches à effectuer pour devenir auto entrepreneur ?

Dans droite ligne de la flexibilité souhaitée par le gouvernement à la création de ce statut, il est tout à fait simple de devenir auto entrepreneur. Le portail des auto-entrepreneurs ou des plateformes telles qu’espace-autoentrepreneur.com permettent de réaliser les démarches à mettre en œuvre pour démarrer son activité.

Sans le moindre déplacement physique, il suffit de remplir un formulaire en ligne afin de fournir son nom, son prénom et ses coordonnées, de même que l’activité que le futur micro-entrepreneur souhaite exercer.

Il sera ensuite rattaché à un centre de formalité des entreprises et recevra un numéro de SIRET. Dès la réception de ce dernier, il sera capable de facturer ses services et ses produits. Notez qu’il est aussi simple de procéder à une cessation d’activité que de la mettre en place, comme évoqué sur Entreprise et Compagnie, via le remplissage d’un formulaire en ligne. Le statut répond donc bien à ce pour quoi il a été créé, à savoir fluidifier le marché du travail et donner des opportunités flexibles aux actifs français.

Quels sont les atouts de la micro-entreprise ?

Il est possible d’exercer une activité de free-lance tout en ayant un CDI ou en étant dans la fonction publique. Devenir auto entrepreneur permet donc d’arrondir ses fins de mois de manière simple, en exerçant une profession parallèle et générer des revenus complémentaires sans risque.

Cela peut aussi être l’occasion de mettre à l’épreuve un projet professionnel mûr depuis longtemps dans la tête du micro-entrepreneur, sans perdre sa source de revenus principaux. Pour d’autres, c’est l’occasion d’envisager une reconversion professionnelle tout en conservant un filet de sécurité. Par ailleurs, les auto-entrepreneurs peuvent déclarer leur chiffre d’affaires tous les mois ou tous les trois mois, influant sur le rythme et le montant de leurs cotisations en fonction de leurs préférences.

La facilité de création et de suppression du statut en fait une solution flexible et facile à mettre en œuvre. Les professionnels souhaitant se lancer dans cette aventure ont donc de nombreuses opportunités et peuvent en tirer parti sans s’exposer à de trop gros risques.

Les réglementations à prendre en compte

Comme n’importe quelle structure, l’auto-entreprise est soumise à des règles et des lois. Toutefois, contrairement à des entreprises plus encadrées telles que l’EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée), elle est soumise à moins de contraintes. Ce qui constitue là encore un avantage certain.

En effet, les micro-entrepreneurs ne sont tenus que de tenir un livre de recettes à jour, ainsi qu’un carnet d’achat s’ils en réalisent au titre de leur activité professionnelle. Par ailleurs, ils doivent conserver l’intégralité des devis et des factures afin de pouvoir les présenter en cas de contrôle fiscal et ainsi être dans les règles au regard de la loi.

On notera également que le chiffre d’affaires maximal d’une auto-entreprise est 70 000 euros pour les activités de services et de 170 000 euros pour la revente de marchandises. Les cotisations sont calculées sur la base de ce chiffre d’affaires.

Vous l’aurez compris, devenir auto entrepreneur présente un grand nombre d’avantages et permet de s’ouvrir à un certain nombre d’opportunités !